Pour lire l’ensemble du magazine, cliquez ici

La Communauté Internationale procède à l’examen des progrès du Programme d’Action d’Istanbul

La Revue à Mi- Parcours, RMP, du Programme d’Action pour les Pays les Moins Avancés s’est tenue du 27 au 29 mai 2016, à Antalya, en Turquie. Cette réunion de trois jours, organisée en collaboration avec le Gouvernement de la Turquie et le Bureau du Haut Représentant des Nations Unies pour les Pays les Moins Avancés, les Pays en Développement sans Littoral et les Petits États Insulaires en Développement, a vu la participation de deux milles personnes, parmi lesquels des hauts fonctionnaires et Représentants de Gouvernements, des Parlementaires, des Organisations Internationales et Régionales, de la Société Civile, du Secteur Privé, de Fondations, de think tanks et de medias.

L’examen a accueilli une session intergouvernementale plénière, quatre tables rondes de haut niveau, plus de deux douzaines d’évènements parallèles, un forum du secteur privé, un forum de la société civile ainsi qu’un évènement pré-conférence organisé par le FNUAP et le Gouvernement du Bangladesh. Plusieurs initiatives ont été annoncées, y compris la nomination d’un Conseil d’Administration de la Banque de Technologies pour les Pays les Moins Avancés, qui élargira l’accès et la meilleure utilisation de la science, de la technologie et de l’innovation.

La RMP s’est tenu à la suite d’un programme ambitieux et sans précèdent pour les Nations Unies en 2015, avec les adoptions du Cadre de Sendai pour la Réduction des Risques de Catastrophes, du Programme d’Action d’Addis Abeba, du Programme 2030 pour le Développement Durable et de l’Accord de Paris sur le Climat. Antalya a été une opportunité importante de renforcer les synergies entre la mise en œuvre du PAI et du Programme de Développement Durable à l’horizon 2030. L’évènement a capitalisé sur la volonté partagée de la communauté internationale d’intensifier ses efforts pour l’amélioration du soutien aux PMA au cours des cinq prochaines années du PAI.

La réunion a réaffirmé un fort engagement pour inverser le déclin de l’Aide Publique au Développement et honorer l’engagement fait par les partenaires au développement d’allouer l’équivalent de 0.2 pour cent de leur Produit National Brut aux Pays les Moins Avancés.

L’évènement a aussi mis en exergue l’importance de l’utilisation complète d’initiatives et de programmes fournissant aux Pays les Moins Avancés un accès aux marchés exempt de droits de douanes et de quotas et offrant des conditions dans lesquels les exportations bénéficient d’un traitement préférentiel. Un nouvel engagement a été pris dans le sens de l’augmentation de l’Aide au Commerce aux PMA. Le PAI a offert une opportunité importante pour encourager les partenariats multipartites transformatifs entre les gouvernements, le secteur privé, le monde universitaire, la société civile et les Nations-Unies afin de renforcer un environnement favorable aux PMA.

« Ne laisser personne pour compte et protéger notre planète est seulement possible si les défis particuliers des plus pauvres et des groupes de nations les plus vulnérables sont résorbés ».

 

La communauté internationale s’est engagée à mener une étude qui considèrera les moyens par lesquelles les PMA pourront résister et surmonter les défis liés aux catastrophes naturels, les pandémies sanitaires et la volatilité économique. Un accord a également été trouvé dans le but d’attirer un flux supérieur d’investissements étrangers directs pour promouvoir la croissance économique et le développement.

« Les PMA représentent presque un milliards d’individus, avec un potentiel énorme en ressources humaines et naturelles pour la croissance économique mondiale, le bien-être et la prospérité », a expliqué le Secrétaire Général de le Conférence, Mr. Gyan Chandra Acharya. La réunion a débouché sur l’adoption d’une Déclaration Politique dans laquelle les participants ont souligné comment les Pays les Moins Avancés ont connu des progrès récents dans des domaines qui incluent la réduction de la mortalité maternelle et infantile, l’égalité des sexes dans l’éducation et les parlements, ainsi que l’accès à internet et aux réseaux mobiles. La croissance économique a également été forte, malgré un rythme caractérisé par une plus grande volatilité et une valeur inférieure à celle de la dernière décennie. Il y a également eu une augmentation dans le nombre de pays satisfaisant les critères de sortie de la catégorie des PMA.

 

Lire plus